Un souhait

Faisons très bref, une fois n’étant pas coutume.
Mon souhait pour certain(e)s de mes collègues est très clairement qu’aucun client (agence de traduction ou client direct) ne décide jamais de lire les messages postés dans les forums des sites professionnels dédiés ou encore de parcourir les informations contenues dans les profils.
Des fautes d’orthographe, de grammaire aux oublis dans des exemples de traduction en passant par des questions élémentaires (« Comment faire fonctionner ce progiciel que je viens d’acheter ? ») jusqu’aux propos désobligeants envers les responsables du site ou d’autres collègues, il y a là un véritable florilège qui pose une fois de plus la question de la compétence réelle de certain(e)s.
Le clou du jour étant sans doute cette réponse à une question relative à une mission d’interprétation (je préfère « interprétariat », mais soyons modernes – que diable !) : « Je crois savoir qu’à l’heure actuelle, c’est payé XX euros par page« . A rapprocher de cette déclaration étonnante, qui mérite elle aussi de passer à la postérité : « J’ai ouvert le segment à traduire avec l’outil de TAO et il ne se passe rien ».
Des commentaires ?

Publicités

La mondialisation, une relation à sens unique

Lien vers l’article trouvé hier sur le site de l’IAPTI (International Association of Professional Translators and Interpreters), créée en date du 30 septembre 2009 :

http://www.aipti.org/eng/articles/art1-globalization-gone-awry-the-rice-for-intellect-mindset.html

En attendant d’avoir (peut-être) l’autorisation de le traduire en français…